Les actualités locales
Par Aristide Emery
Le Girondin
Bordeaux - samedi 25 mai 2024

Journée internationale des droits des femmes à Bordeaux

8 mars 2023

Après la réforme des retraites, et les mobilisation qui en ont suivi, Bordeaux reste une ville engagée qui a su se mobiliser pour différentes causes, notamment la lutte pour le droit des femmes.

A Bordeaux, l'égalité entre les femmes et les hommes est une préoccupation constante. Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, la ville soutient cette mobilisation et rappelle son engagement à promouvoir la culture de l'égalité sur le long terme. Depuis 1982, cette journée permet de mettre en lumière l'état des droits des femmes et les actions en faveur de l'égalité, contre le sexisme et les violences faites aux femmes dans le monde entier. Une initiative initiée par la militante allemande Clara Zetkin. Bordeaux, au-delà de cette journée, s'engage à soutenir les associations de son territoire et leurs initiatives tout au long de l'année pour faire avancer la cause de l'égalité entre les femmes et les hommes.

Un déroulement sans accroc

Ce 8 mars 2023, Journée internationale des droits des femmes, les luttes ont convergé dans le centre-ville de Bordeaux avec un double mot d'ordre : la défense des droits des femmes et la contestation de la réforme des retraites. Syndicalistes, féministes, partis politiques de gauche, salariés, jeunes et moins jeunes ont fait cause commune. Bien que les chiffres de la mobilisation soient moins importants que ceux de la mobilisation contre la réforme des retraites de la veille, la mobilisation de ce 8 mars a été exceptionnelle avec 2 500 personnes selon la préfecture et entre 12 et 15 000 selon les organisateurs. Les revendications féministes sont larges, mais cette année, la question des retraites particulièrement inégalitaire pour les femmes, qui seront les grandes perdantes de la réforme. Aucun message haineux ni casse n'ont été à déplorer et, une fois n'est pas coutume, les membres de la CGT et de FO étaient en queue de cortège, relativement silencieux.


Sources

Journée des droits des femmes à Bordeaux : les luttes ont convergé entre féministes et syndicalistes - Sud-Ouest le 08/03/2023

Les Jeunes bordelais face à la réforme des retraites

Face à une réforme qui ne fait guère l'unanimité, les étudiants se mobilisent pour lutter contre une loi leur paraissant injuste. Nombreux lycées et universités se sont donc retrouvés bloqués face à la volonté des jeunes bordelais, via de nombreuses organisations par exemple.

Le contexte

La réforme des retraites est une loi adoptée par le gouvernement visant à repousser l'âge d'arrêt du travail de 62 à 64 ans. Cette réforme a suscité l'inquiétude chez le peuple, ce qui s'est aggravé lors de l’utilisation du 49.3 par Elisabeth Borne, première ministre française. En effet, cet acte a souvent été qualifié par la population “d’acte antidémocratique” invitant donc à manifester. Bordeaux n’a clairement pas été une exception, les habitants de cette ville se sont très vite mobilisés, particulièrement les étudiants.

Le mouvement lycéen

Plusieurs lycées bordelais ont bien été bloqués par les jeunes. C’est le cas du lycée Magendie, Brémontier ou Montesquieu. A Magendie, le Jeudi 9 mars 2023, les élèves et particulièrement les membres de l’organisation “point levé" se sont mobilisés pour bloquer ce lycée. Derrière ce geste, la volonté était avant tout de laisser les professeurs faire grève sans pour autant qu’ils ne soient privés d’une journée de leur salaire. Également, la jeunesse est un symbole pour l'État, c’est le monde de demain, ces révoltes sont donc le symbole d’une France divisée, entre le peuple et le gouvernement. A Montesquieu, ces blocus organisés par des élèves sont allés beaucoup plus loin, menaçant même les épreuves du baccalauréat de spécialités des terminales. Alors que plusieurs enseignants et syndicats avaient appelé à une grève de la surveillance pour protester contre la réforme des retraites, ce lundi 20 mars, les épreuves anticipées du baccalauréat ont finalement bien eu lieu.

Le mouvement étudiant

Ce mercredi 22 mars, les étudiants de l'université de Bordeaux Victoire ont rejoint leurs pairs des autres établissements de la ville pour bloquer leurs campus en signe de protestation contre la réforme des retraites en cours. Sciences Po, l’université Bordeaux Montaigne et les Beaux-Arts avaient déjà été occupées ou le sont encore.

Association incitant à la révolte chez les jeunes 

L'association anticapitaliste Le Poing Levé a annoncé que les étudiants de Bordeaux Victoire ont voté pour transformer leur campus en "QG de la lutte contre la réforme des retraites" et en "point d'appui à la généralisation des luttes et grèves et de leur coordination". Le but étant de "préparer la contre-offensive face à un gouvernement aux abois, isolé sur le terrain social et parlementaire, et qui n’a plus que la répression pour se défendre". La mobilisation étudiante est donc en pleine ébullition en Gironde.


Sources

Bordeaux : la mobilisation des jeunes va continuer jeudi 9 mars - Sud-Ouest

L’Hexacup, nouveau phénomène chez les jeunes

12 décembre 2022

En 2020, après une période difficile, particulièrement chez les jeunes (confinement). Un jeune étudiant, Guillaume Cazcarra décide de créer un tournoi de football chez les jeunes bordelais, “Le trophée Burdigala”.

Origines de la compétition

En 2020, après une période difficile, particulièrement chez les jeunes (confinement). Un jeune étudiant, Guillaume Cazcarra décide de créer un tournoi de football chez les jeunes bordelais, “Le trophée Burdigala”. Un objectif d’abord modeste qui prendra des dimensions bien plus importantes au fil des années “L'hexaCup”.

Le déroulement de cette compétition 

Ce tournoi de football oppose donc deux équipes de 8 joueurs jouant sur terrain réduit. A l’image de clubs professionnels, les équipes utilisent souvent des noms amusant et enfantin, par exemple “Paris sans Germain”, ici un jeu de mot sur le nom du fameux club parisien. Ces équipes sont toutes dans l’obligation d’utiliser les réseaux sociaux (géré par le capitaine) pour trouver des matchs et mener à bien cette belle aventure. Aujourd’hui et grâce a une influence désormais nationale, cette organisation non-officielle possède une application, L'Hexa cup, sur laquelle les joueurs y inscrivent leurs performances et leurs résultats. De plus, ce tournoi offre désormais au joueurs des partenariats qui semblent interessant pour les jeunes, des maillots pour les équipes a bas prix…

L’impact positif de ce tournoi chez les jeunes 

Ce tournoi a su dès le début mettre en avant des actions répondant à des besoins climatiques. En effet, lors du tournoi de l'année précédente et le tournoi de cette année, les actions écologiques ont été fortement valorisées pour la qualification aux phases finales. On a alors pu assister à des rassemblements de joueurs des différentes équipes venant ramasser des déchets sur les docks par exemple. Aujourd’hui encore, de nombreux sponsors sont obligatoires sur le flocage des maillots. De plus, aussi simplement que ça puisse sembler, ce tournoi pousse les jeunes à l'activité physique, des matchs chaque week-end dans toutes les villes importantes en France (Bordeaux, Paris, Grenoble…). Et même désormais à l'internationale dans des villes comme Bruxelle en Belgique désormais.


Sources

Le site de l'Hexacup

Mise en peinture au lycée Magendie à Bordeaux

14 octobre 2022 à Bordeaux

Le 14 Octobre 2022, une professeure du lycée Magendie à Bordeaux est mise en peinture,durant la journée d’hommage à Samuel Patty (professeur assassiné par un élève) assassiné en 2020.

Un événement marquant le 14 octobre 2022

Le 14 Octobre 2022, une professeure du lycée Magendie à Bordeaux est mise en peinture,durant la journée d’hommage à Samuel Patty (professeur assassiné par un élève) assassiné en 2020. Cette professeur de mathématiques a été victime de dessins antisémites (croix gammées), d’insultes et de propos offensants. La réaction des professeurs fut de s’afficher devant ces insultes muni d’une pancarte blanche pour lui rendre hommage.

Conséquences juridiques 

Anton, jeune homme de 26 ans reconnaîtra les faits durant sa garde à vue. Plus de 5 mois après cette atteinte à la démocratie exercée en public, il comparaît devant la 3éme chambre du tribunal correctionnel. Il a été remis en liberté deux jours plus tard, le 17 mars 2023. L’auteur de cet acte a été condamné à une peine de 70 heures de travail d’intérêt général (TIG) à exécuter dans un délai de 18 mois. A défaut, une peine de deux mois de prison en sursis.

Mon avis 

Il est évident que cet acte dégradant l’image d’une professeur et même d’un lycée entier porte atteinte à la démocratie. En effet, la professeur a été insultée et réduite à sa simple profession. Pourtant, il est clair qu’un professeur est avant tout nécessaire pour nous transmettre du savoir, un geste bien plus noble que simplement nous notez par exemple. Après cet acte réducteur et l’assasinat deux ans plus tôt du professeur Samuel Paty, l’éducation peut être a requalifié ou même à redéfinir pour protéger notre démocratie.


Sources



Un journal conçu par Aristide Emery.